Le sapin de Noël

Publié le par Théo

Aux quatre coins du monde, le sapin brillamment décoré est le symbole de Noël, mais d'où vient cette tradition de l'arbre aux ornements et aux cadeaux ? Comment s'est-elle imposée ?

Sapin de Noël

Le sapin de Noël a ses racines à la fois dans les rites païens de célébration du solstice d'hiver et dans la Réforme. Il est en effet resté presque strictement protestant et nordique jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, puis les régions catholiques et latines l'ont adopté. Et la tradition du don et des cadeaux qui lui est associée n'est pas récente : l'arbre de Noël a toujours porté des présents - victuailles, confiseries, jouets, voire objets précieux - sur ses branches ou à son pied. Aujourd'hui, le sapin de Noël a achevé sa conquête mondiale, laissant chacun libre de l'investir du sens qui lui plaît : mercantile, magique, religieux, nostalgique, oecuménique, laïque ou ésotérique.

Rappel historique

Les pyramides de Noël sont les précurseurs du sapin de Noël ; il s'agit de constructions de bois sculpté également appelées « paradis », où l'on plaçait des pommes, des noix ou des pains d'épices. Leur usage remonte au Moyen Age et aux représentations des mystères de Noël, que l'on jouait sur les parvis des églises. Les pommes symbolisaient le bannissement d'Adam et Eve du Paradis.
A la fin du XVIe siècle, deux chroniques évoquent la présence, à Bâle et à Strasbourg, d'un « arbre à offrandes », que certaines confréries installent à Noël dans leur salon de corporation. On y suspend des décorations de papier, des pommes, des hosties, des morceaux de fromage et des sucreries, que les enfants des marchands sont invités à venir piller le jour de l'Épiphanie. En quelques décennies, cet arbre décoré fait son entrée dans le salon des familles nobles des régions germanophones.
Au XVIIIe siècle, la noblesse allemande fête Noël autour de petits arbres en buis sur les branches desquelles on fixe des bougies. A leur pied, on dispose des présents pour les enfants (poupées, douceurs, argenterie).
Au XIXe siècle, la tradition alsacienne s'est imposée, et l'arbre de Noël est un sapin qui gagne en popularité auprès de la bourgeoisie fortunée d'Allemagne, mais aussi de Scandinavie, de Grande-Bretagne et des États-Unis.
A partir de 1945, l'usage de l'arbre de Noël s'impose dans les régions catholiques et latines, ainsi que chez M. et Mme Tout-le-monde. La décoration s'individualise selon les modes et les traditions familiales.

Soirée de Noël, vers 1860

Décorations

Apporter chez soi des branches d'arbre à feuillage persistant (houx, gui, buis, laurier, if, pin, épicéa) pour célébrer le solstice d'hiver est une tradition qui remonte à l'époque païenne et qui symbolise la vie. On attribuait aux pointes des feuilles de houx et aux aiguilles des conifères le pouvoir de chasser les mauvais esprits. La cueillette de branches d'arbres fruitiers à la Sainte-Barbe (le 4 décembre) qui fleurissent dans un vase à Noël s'inscrit dans cette même tradition.
Comme la cire d'abeille était très coûteuse, les bougies sont longtemps restées l'apanage des nantis. Leur usage pour décorer le sapin s'est démocratisé avec l'invention de la paraffine en 1830. Aujourd'hui, elles sont remplacées par des guirlandes électriques.
Les décorations de Noël en verre coloré apparaissent dans la seconde moitié du XIXe siècle, et coexistent avec les pommes et les noix traditionnelles avant de prendre définitivement l'avantage. Au cours des décennies, leurs parois, d'abord lourdes et épaisses, ne cessent de s'affiner avec les progrès de l'industrie du verre - pour devenir finalement les bulles chamarrées et fragiles que l'on connaît aujourd'hui.

Source : Catherine Riva


Joyeux Noël !

Publié dans Petites histoires

Commenter cet article

Flo-Avril2 25/12/2007 11:32

Joyeux noel Théo
Bisous
Flo

Théo Makarios 25/12/2007 15:27

Bonnes Fêtes à toi aussi ! Bisous !