Marie-Antoinette, vie privée, vie publique

Publié le par Théo

Une fois n'est pas coutume, cet article ne vous renverra pas vers un site Internet mais vers votre kiosque à journaux. En effet, je vous recommande l'excellent document conscaré à Marie-Antoinette, qui est paru dans le numéro 310 du magazine L'HISTOIRE (Juin 2006). Voici un extrait de son éditorial :

On appelait jadis "petite histoire" la somme d'anecdotes ayant trait le plus souvent à la vie privée de ceux qui étaient censés faire la "grande". Amours secrètes, jalousies intimes, vengeances familiales, rien de tout cela ne paraissait très sérieux. Dans ce registre, Marie-Antoinette a longtemps fait belle figure : n'était-elle pas, malgré sa fin dramatique, l'exemple même de la frivolité ? De cette jolie femme, coquette, mal honorée par son lourdaud de mari, la vie amoureuse ne pouvait que faire courir les imaginations. Là-dessus on broda à l'envi, jusqu'au moment où la politique s'en mêla : la vie privée de la "reine scélérate" arma la vindicte des révolutionnaires.
La stricte séparation entre le privé et le public était d'autant plus arbitraire que le rituel monarchique même l'interdisait, et que les rois vivaient au milieu de leurs courtisans comme devant les spectateurs d'un théâtre solennel, du "lever" au "coucher". On doit à la démocratisation de la politique dans le cadre de la république la vraie séparation entre les deux ordres. Longtemps on respecta en France le pré carré des politiques. Il faut en convenir : c'est de moins en moins vrai.
On fera sans doute des médias les principaux responsables de ce changement, mais les hommes et (désormais) les femmes politiques y sont aussi pour beaucoup. S'afficher avec ses enfants, parler de soi, autant de débordements qui sont devenus courants et qu'exige le marketing politique. Insensiblement, la presse, jadis discrète, se fait complice de ces pratiques. La France s'interroge désormais sur le sort du couple d'un ministre autant que sur ses projets de lois. Vaudeville ou tragédie, la vie privée des hommes d'État intéresse ou fascine.
C'est l'occasion de nous apercevoir que les politiques sont aussi des hommes, et même que le privé peut avoir un effet sur leurs comportements publics. Il n'est pas douteux que ce mouvement général, qu'on s'en loue ou qu'on s'en plaigne, a bénéficié à la mémoire de certains, et c'est le cas de Marie-Antoinette. Reine revue et corrigée.

Alors, Marie-Antoinette était-elle entêtée, indocile, scandaleuse ? Ou héroïque ? En dépit des conseils de ses proches, elle a toujours tenu à privilégier ses désirs personnels aux dépens des contraintes qu'imposait son rôle public de reine. Souveraine capricieuse ou princesse résolument moderne ?
Dans ce numéro de L'HISTOIRE, Mona Ozouf arbitre ce débat et revient sur la réalité historique d'une reine trop honnie ou trop adulée, alors qu'elle est encore au cœur de l'actualité cinématographique avec le film de Sofia Coppola (dont je vous reparlerai… dès que je l'aurai vu… s'il m'a plu).
 

Publié dans Médias & Multimédia

Commenter cet article

pom' 30/06/2006 17:16

Les hommes politiques d'aujourd'hui étalent leur vie privée car les gens aiment les journaux peoples.Le peuple a toujours été faciné par leur dirigeant ou leur roi. Il suffit de lire la presse anglaise, aucun fait et geste de la famille royale n'échappe à ses sujets.

bOod 23/06/2006 11:18

j'ai adoré le film! les décors, les costumes, la musique surtout est génial! le mélange entre les musique d'époque et les musique rock avec the cure,... j'avais adoré Virgines suicides et lost in translation. Marie-antoinette est une vrai reussite! aller le voir!