La France Romane au temps des premiers Capétiens (987-1152)

Publié le par Théo

Exposition organisée du 10 mars au 6 juin 2005 par le musée du Louvre et la Réunion des Musées nationaux, avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

 

Quelques 300 oeuvres, sculptures, objets quotidiens objets de culte, fragments de chapiteaux, manuscrits, sont rassemblés dans cette remarquable exposition du Musée du Louvre et permettent au visiteur de mieux saisir cette période qui va de 987 à 1152, le début de l'époque gothique, et esquisse la configuration de la France actuelle.

C'est en effet en 987 que Hugues Capet accède au trône, après la dislocation de l'empire carolingien sous les invasions vikings, hongroises ou "sarrasines". Sous son autorité, un pouvoir monarchique unificateur se met lentement en place. Parallèlement, à l'approche de l'an mil, émerge un vaste mouvement de renouveau chrétien, sous l'influence des fondations religieuses de Cluny, et de Citeaux, tandis que les saints et leurs reliques sauvées des pillages par les moines, deviennent les objets des ferveurs religieuses les plus intenses, de pélerinages, et d'offre de dons, les "indulgences", par crainte d'une fin du monde annoncée. C'est une époque où commence la circulation des hommes, les voyages, où on construit des routes, et ainsi se développe le commerce, s'échangent les idées, les sciences, vers Rome, et les lieux saints de la chrétienté, Saint-Jacques de Compostelle, ou Jérusalem.

Cette exposition replace le visiteur dans le contexte de cette période de l'histoire, avec son effervescence religieuse, politique, sociale, économique et situe l'importance des régions telles que la Bourgogne, le midi Toulousain, le Languedoc, l'Aquitaine, sous l'influence de certaines abbayes telles que celle de Saint Pons de Thomières au rayonnement spirituel européen, comme lieux les plus influents du point de vue religieux et les plus riches en tant que centres artistiques de l'art roman. Les objets liturgiques précieux, les plaques de reliure en ivoire sculpté, les manuscrits sacrés enluminés de motifs végétaux ou d'animaux fabuleux, présentés ici, les multiples sculptures, figures d'orfèvrerie reliquaires, et les représentations du paradis et de l'enfer aux tympans des églises, soulignent avec force l'intensité religieuse de cette époque et l'influence considérable de l'église dans la conduite des affaires humaines.

Cette superbe exposition du Louvre, comme à chaque fois, quand est proposée une exposition liant étroitement les arts à leur période historique et à l'histoire concrète des hommes dans l'intensité de leur époque, est à voir abolument, pour qui veut s'immerger totalement dans la compréhension de l'art roman en France.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article